Description du projet

 

Notre projet se décompose en plusieurs étapes :

  • 2 semaines dans un orphelinat de Antananarivo (capitale de Madagascar), nous mettrons en place des activités pour les enfants, leur apprendrons le français et continuerons les constructions entamées l’année précédente.
  • 2 semaines à Maventibao, un village reculé au nord de Madagascar, où notre apport sera plutôt d’ordre médical, nous épaulerons 2 infirmiers sur place et y apporterons entre autres des médicaments.

 

Première partie : orphelinat de Antananarivo

http://ankanifitahiana.hautetfort.com/about.html

13719626_1017691481682843_297904996741961416_o

13909007_1026401984145126_8383854594474998533_oLes orphelinats à Madagascar sont souvent surpeuplés et nécessitent des infrastructures importantes.
Ce centre d’Antananarivo cherche avant tout à investir dans des infrastructures qui permettraient son auto-financement.
L’an dernier, l’équipe Madatsatsaka a financer un studio de musique, qui permet aujourd’hui une source de revenu certaine au centre.
Ainsi, le projet phare d’Alex (directeur actuel du centre) est de construire une ferme qui permettrait d’assurer une source de revenus. Nous allons donc nous concentrer en priorité sur ce projet en le finançant et en aidant, sur place, à sa construction.
D’autre part, nous souhaitons avant tout parvenir à acheminer l’eau potable au sein du centre (approvisionnée aujourd’hui grâce à un puit et des bidons).

Dans la continuité du projet de l’an dernier, nous amènerons des instruments de musique pour le studio ainsi qu’une table mixeur.

Sur le plan médical, nous financerons de nombreux médicaments et ferons de la prévention qui est un pas important et non négligeable dans le développement de certaines maladies. La prévention est quelque chose d’assez simple mais qui n’est pas vraiment mise en place dans le pays.

Nous apporterons aussi une grande importance aux règles d’hygiène, souvent négligées, en transmettant certaines notions importantes notamment concernant l’hygiène bucco-dentaire et des mains. Ainsi, nous envisageons la distribution de « pack sanitaires » contenant brosses à dents, dentifrices, savon, shampoing …)
Aussi; notre apport sera utile sur le point pédagogique et ludique puisque nous apporterons livres, jeux … qui constituent, pour ces enfants, une source de savoir indispensable.

Sachant qu’à Madagascar seulement 1/4 des jeunes continuent leurs études dans le secondaire. Le but est d’offrir un cadre qui se rapproche le plus possible de celui que nous avons eu, et de mettre toutes les chances de leur côté pour poursuivre leurs études. Nous souhaitons leur donner l’envie d’apprendre et de continuer leurs études et avec cela éviter l’analphabétisme .
En effet encore
35% des jeunes sont analphabètes. Cela est un véritable fléau notamment au niveau sanitaire : le manque d’information favorise la prise de risques.
A propos du sida, très présent à Madagascar, un 1/4 de la population ne sait pas en quoi cela consiste et comment s’en protéger.

 

Deuxième partie :  Maventibao,  madaclinics

http://madaclinics.com

L’objectif de notre équipe est d’aider des populations qui sans notre financement ne recevront pas les soins nécessaires à assurer leur santé. Les médicaments diminuent très vite d’une année sur l’autre, et en plus de cela la population est exposée à des maladies bien différentes de celles que l’on peut trouver da
ns nos pays occidentaux comme la malaria par exemple.

Notre venue à madaclinics, la clinique à Maventibao, chaque année permet à des13938029_1313053712053335_286777845565495121_o populations reculées qui sont parfois à des centaines de kilomètres d’un hôpital d’avoir accès à des soins et des médicaments. Si il n’y avait pas cette clinique en plein milieu de la brousse les populations devraient parcourir 30 km avant de trouver un service de santé.
Cette clinique ne fonctionne qu’avec les donations et son existence est donc compromise.

Madagascar ne possède pas notre système de soins, et l’hôpital coûte très cher ! Les malgaches ne s’y rendent qu’en dernier recours et souvent après avoir consulté des médecins traditionnels qui ne leur sont d’aucun secours.

En plus d’apporter des médicaments que nous achèterons sur place par soucis d’économie nous prévoyons de construire un dispensaire. Les dispensaires permettent le stockage des médicaments, et de prodiguer des soins gratuits.

Il y a très peu de médecins à Madagascar, 0,5 pour 1000 habitants contre 3,4 pour 1000 en France. A notre niveau nous pouvons apporter les premiers soins et les examens cliniques qui sont un premier pas vers le diagnostique. 13995640_1313053955386644_8915026008384340723_o.jpg

De plus Maventibao est aussi le lieu où se trouve l’école de la région. Nous pourrons y donner des cours de français et d’anglais. La transmission de notre langue nous apprendra la patience et nous fera prendre confiance en nous pour continuer notre parcours.

Publicités